Dans une rubrique d’Europe 1 du 8 mars, le chroniqueur Roland Pérez a annoncé une bonne nouvelle pour les chefs d’entreprises : « l’URSSAF s’est dotée de médiateurs régionaux très utiles pour remédier à des situations ubuesques comme la mésaventure d’un jeune patron d’une entreprise qui s’est vu prélever par l’URSSAF d’une même somme, 99 fois » (http://www.europe1.fr/emissions/vos-droits/lurssaf-se-dote-de-mediateurs-regionaux-pour-remedier-a-des-situations-ubuesques-dans-les-entreprises-3593504)

Nous ne reviendrons pas sur les faits que nous avions développés dans une précédente chronique (http://lecerclelafay.fr/2018/03/07/urssaf-service-aux-entreprises/). Nous nous contenterons simplement de deux observations. D’abord, il est ici clairement confirmé ici que la médiation existe dans la plupart des URSSAF….alors que les parlementaires sont en train de discuter doctement de sa mise en œuvre dans un texte relatif au droit à l’erreur (Voir notre contribution : Médiation et URSSAF : les parlementaires inventent l’existant .. – http://lecerclelafay.fr/2018/02/22/mediation-urssaf-parlementaires-inventent-lexistant/). Monde radieux où le législateur a l’impression de se montrer très utile aux entreprises en créant un « machin » qui existe déjà ! Ensuite, est-il vrai que la fonction du médiateur soit de « remédier à des situations ubuesques » ? Si tel est le cas, la mission est loin d’être glorieuse et on peut même se demander si les titulaires des postes ne vont pas démissionner en masse ! Et puis finalement, si l’administration faisait son boulot, et s’il avait un peu plus de dialogue, il n’y aurait sans doute pas besoin de médiateur ! Alors à quoi sert ce « truc » ?

Laisser un commentaire

Rédigez votre commentaire
Indiquez votre nom