Manon Laporte souhaite un cadre légal respectueux des entreprises face au pouvoir de l'URSSAF

Dans un tweet du 6 mars 2018, Manon Laporte (@ManonSLAPORTE), conseillère régionale d’Ile de France écrit : « les URSSAF vont se voir successivement confier la collecte des cotisations des indépendants et celle des comptes de la formation professionnelle. Quels sont les moyens alloués à ces nouvelles missions? Quelles garanties pour les contribuables et salariés ? » (https://mobile.twitter.com/ManonSLAPORTE/status/971088797596377088).

Effectivement, ces questions doivent être posées !

Faut il d’abord rappeler que les URSSAF avec les cotisations, les contributions, le forfait social … encaissent deux fois plus que le Trésor public ?

Et cela n’est pas fini ! En effet, s’agissant des artistes auteurs, le recouvrement des cotisations des organismes agréés sera bientôt transféré à l’URSSAF du Limousin.

Quant au RSI, point besoin de rappeler que les cotisations seraient recouvrées par les URSSAF (15,8 milliards d’euros de cotisations encaissées). Et puis, très récemment, comme le rappelle Manon Laporte, la Ministre du travail a annoncé que la collecte des fonds de formation (dont on ne connaît pas trop le montant, environs 10 milliards d’euros) serait effectuée par les URSSAF (http://lecerclelafay.fr/2018/03/07/missions-urssaf-elargies/)…

C’est dire que les URSSAF vont devenir des mastodontes, dont il faudrait éviter toute dérive. Or, le risque est grand :  les – trop nombreux – exemples que nous relations sur notre site le montrent de manière éclatante …

Dans ces conditions, on est effectivement en droit de s’interroger sur les garanties supplémentaires que les pouvoirs publics entendent accorder aux entreprises et aux salariés. Etrangement, ce sujet n’est jamais abordé…comme s’il n’avait pas besoin de l’être !

Le think tank le Cercle Lafay oeuvre pour que le dialogue et les garanties des entreprises soient améliorés.  Nos premières Assises ont déjà fait des propositions très concrètes (http://lecerclelafay.fr/2018/03/04/premieres-assises-cercle-lafay-nos-propositions-matiere-de-controle/).

Il ne manque plus que la volonté des pouvoirs publics ! Et là, on attend !

Nous soutenons le combat de Manon Laporte, et nous tenons à sa disposition pour évoquer tous ces points, en souhaitant une économie forte, dans un cadre légal accepté et respectueux des droits de tous.

 

Partager
Article précédentCapital cite le Cercle Lafay dans « l’affaire Emmaüs »
Article suivantLa mort du Puy du Fou ?
Le Cercle Lafay (du nom de Bernard Lafay, député qui avait proposé en 1952 la généralisation des URSSAF) regroupe des spécialistes qui s’intéressent à cette institution et en dénoncent les excès.

Laisser un commentaire

Rédigez votre commentaire
Indiquez votre nom