La lecture régulière des tweets concernant l’URSSAF est toujours aussi édifiante.

Petit florilège : « 5ème courrier reçu de l’ URSSAF en 1 mois à chaque fois avec des chiffres / motifs / sommes demandées différents. Et bien sûr quand on appelle personne ne sait de quoi il s’agit et les services sont injoignables, y’en a marre sérieux ! » (@c_bertho – 28)

« Ah, l’URSSAF qui te prélève sans souci depuis 10 ans, mais qui a tout d’un coup besoin d’un RIB quand elle te doit du blé… » (@fabien_paris – 25 juin 2018)

« Allo l’URSSAF est-ce que vous mesurez à quel point c’est pénible de vous joindre au téléphone quand vous nous raccrochez au nez ? » ( @kikistmarcel18 juin 2018)

«  Quand tu appelle l’URSSAF que tu poirotes 23 mn à 0,12 cts/mn et que le mec que tu as au téléphone te dit: » ah ben non, je peux pas vous renseigner, il fallait faire le 2 sur votre téléphone… Va falloir rappeler monsieur » Un voile rouge est venu devant mes yeux… » (@Chris_du_Limon 14 juin 2018)….

Indéniablement, ces innombrables tweets prouvent que, au delà de la communication institutionnelle des URSSAF qui cherchent à nous convaincre et se persuader qu’ils sont au service des entreprises, la réalité est tout autre.

Pour la plupart des entreprises, URSSAF rime avec contrôle, et contrôle avec redressements…

C’est cette spirale qu’il convient d’arrêter par plus de dialogue pendant les vérifications, plus de garanties et de sécurité  juridiques pour les cotisants….

Que ces organismes se contentent d’assurer correctement le recouvrement des cotisations et que les contrôles se déroulent dans un climat de dialogue et de sécurité juridique ! QUe la communication soit orientée vers les entreprise plutôt que vers le grand public ..

Et ce sera suffisant.

 

Laisser un commentaire

Rédigez votre commentaire
Indiquez votre nom