Comment l’URSSAF peut-elle être notre amie ?

Au Président de la République qui décrète que l’URSSAF doit être notre amie, Jacques Clouteau, un entrepreneur, apporte un démenti cinglant – un de plus – sous forme de lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron et intitulée : « Comment l’URSSAF peut-elle être notre amie ? » ((https://www.contrepoints.org/2018/10/27/328822-comment-lurssaf-peut-elle-etre-notre-amie). Il écrit, le 27 octobre 2018 : « avez-vous déjà subi un contrôle de ces gens-là ? Avez-vous déjà eu connaissance de ce qu’ils ont fait subir à de pauvres Français qui avaient organisé une kermesse, ou demandé l’aide de leur père pour couvrir le garage ? Avez-vous déjà subi devant un TASS (tribunal des affaires de sécurité sociale) la morgue et la suffisance de ces personnages ? Savez-vous que l’URSSAF est le plus grand liquidateur d’entreprises devant les tribunaux de commerce ?… »

Ce n’est pas le Cercle Lafay qui le dit !

En toute objectivité, suite à la déclaration tonitruante du Président de la République, nous n’avons pas trouvé une phrase venant soutenir ses propos. Non, pas une phrase…

Partager
Article précédent37 558 € les beignets de l’URSSAF
Article suivantURSSAF de Normandie : le contrôle fait peur
Le Cercle Lafay (du nom de Bernard Lafay, député qui avait proposé en 1952 la généralisation des URSSAF) regroupe des spécialistes qui s’intéressent à cette institution et en dénoncent les excès.

Laisser un commentaire

Rédigez votre commentaire
Indiquez votre nom