Erwan Seznec, dans le mensuel Causeur (janvier 2019),  cherche les causes du profond malaise reflété par les gilets jaunes, et, reprenant de nombreux exemples cités dans le ste du Cercle Lafay, pose la question : « que penser d‘un Etat qui tente de rançonner Emmaüs ? », faisant expressément référence à l’affaire Emmaüs, révélée par le Cercle Lafay en mars 2018.

Evoquant la fameuse phrase d’Emmanuel Macron (« l’URSSAF est votre amie ») : « peut-il vraiment ignorer que depuis 6 ans, les unions régionales de recouvrement des cotisations de Sécurité sociale et d’allocations familiales (Urssaf) ne connaissent qu’une politique, celle du chiffre ? ». Et le journaliste reprend les chiffres effarants : « le montant des sommes recouvrées a augmenté de 70 % entre 2011 et 2016, sans que rien n’indique une hausse de la fraude réelle. Les méthodes employées pour parvenir à ce résultat ont laissé des traces terribles, sur fond de malentendu complet. Lorsque le gouvernement Ayrault a annoncé son intention de durcir la lutte contre la fraude fiscale et le travail dissimulé, en 2012 ? chacun avait en tête les montages de Facebook pour ne rien payer en France ou les travailleurs détachés bulgares opérant sur le territoire. Ceux-là, en pratique, ont échappé aux inspecteurs, qui se sont déchaînés sur les entrepreneurs et les auto-entrepreneurs ».

Conclusion du journaliste : « pas de meilleur ferment de révolte que les lois appliquées aveuglément. Mais comment arrêter notre amie l’Urssaf ? »

Partager
Article précédentTravail dissimulé : qui signe ?
Article suivantDes gilets jaunes devant l’URSSAF de Quimper
Le Cercle Lafay (du nom de Bernard Lafay, député qui avait proposé en 1952 la généralisation des URSSAF) regroupe des spécialistes qui s’intéressent à cette institution et en dénoncent les excès.

Laisser un commentaire

Rédigez votre commentaire
Indiquez votre nom